Découvertes: Tamino Moharam Fouad, un artiste au destin guinéen!

0
716

Tamino Moharam Fouad, est un artiste belgo-égyptien. Âgé de 20 ans, il est le fils aîné d’une mère anthropologue belge flamande et d’un père vendeur égyptien qui se sont rencontrés en Guinée vers l’autre moitié des années 1990. Le premier amour artistique de Tamino était pourtant le théâtre. «J’avais toujours des grandes performances dans mes rôles et je créais souvent le buzz sur la scène.» , explique-t-il . «J’ai toujours eu intérêt à traduire les sentiments, les émotions et les idées en quelque chose d’autre, quelque chose au-delà de l’état de choses occasionnelles» . Intuitivement, sa mère l’avait nommé ainsi d’après le héros et le prince dans l’opéra de Mozart  »The Magic Flute ». Est-ce un fils spirituel du Grand Mozart? l’avenir nous le dira!

La recherche du «monde alternatif» , comme le décrit Tamino, l’a également guidé vers la littérature: «il y a rarement un moment tranquille où vous ne me trouverez pas entrain de lire un livre» et, finalement, de la musique. Pendant l’école secondaire, fort de ses quatorze ans, Tamino était la star punk rocker typique, jouant dans des groupes inspirés de groupes comme Billy Talent. Le jeune confirme que dans son adolescence, en regardant en arrière, à la maison, la collection de disques de sa mère a ouvert ses oreilles et son esprit à d’autres mondes alternatifs. Le génie pop des Beatles et Serge Gainsbourg, par exemple, ou les ballades enflammées de blues du «Temps de fermeture» de Tom Waits et la musique sincère et stimulante de la malienne Oumou Sangaré.

«Selon mon oncle, dans ma jeunesse, je scrutais toujours la stéréo de la voiture pour les airs aromatisés à l’oriental» , dit Tamino. C’est là que la lignée arrive. Une partie de la musique dont il était exposé à la maison étaient les albums de son défunt arrière-père Moharam Fouad El-Kabir, acteur et chanteur de renom dans le monde arabe, des années 1950 à 1980 . «Ma mère jouait sa musique à la maison, et je me souviens d’avoir été particulièrement influencé par ses enregistrements en direct avec son orchestre. Il y avait toujours une certaine sorte d’émotion brute dans son chant et dans la musique arabe en générale, qui est surtout absente dans la musique occidentale. Même lorsque les airs sont assez ringard, il y a toujours quelque chose de réelle, quelque chose de sincère dans la voix. La capitulation complète, beaucoup moins calculée que la plupart des musiques occidentales. Oum Kalthoum, l’une des plus célèbres chanteuses égyptiennes, l’avait aussi; Ce type de témoignage intense sur un passé, une vie cicatrisée de difficultés et de pauvreté. Tout comme la chanteuse française Edith Piaf, quelqu’une d’autre que j’admire «  .

Il a quitté sa banlieue d’Antwerp, déménagé à Amsterdam et s’est inscrit à l’académie de musique.
Revenu en 2017, l’horizon semble brillant pour celui qui peut revendiquer aussi la nationalité guinéenne.

Après une énorme soutien de tous les niveaux de la communauté musicale en Belgique, et rejoignant la gamme Rock Werchter, le festival le plus grand et le plus célèbre de Belgique, Tamino regarde maintenant à l’international pour sa musique.

Le premier EP de Tamino pour Unday Records n’est pas seulement une vitrine de son impressionnante gamme vocale, mais aussi des tableaux impressionnistes de ses multiples humeurs et talents. Introspectif et audacieux, solidement ancré dans la tradition, électrifiant mais embaumé en finesse.

Bonne chance à l’artiste Tamino Moharam Fouad  »Tamino ».

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here