L’aurore en robe de safran se rpandait sur toute la terre…

0

Dans l’Iliade, Homère raconte un épisode de la guerre de Troie : la colère d’Achille et ses conséquences sur les combats… Les Achéens et les Troyens s’affrontent violemment au cours de luttes farouches.

Et, pourtant, on trouve aussi dans cette épopée guerrière des vers qui restituent toute la beauté du monde…

 

Ainsi, le chant VIII commence par ce vers : 

« L’aurore en robe de safran se répandait sur toute la terre… »

En grec : 

« Ηώς μεν κροκοπεπλος εκιδνατο πάσαν επ’αϊαν… »

 
  

On perçoit toute la poésie de ce vers qui ouvre le chant VIII : l’Aurore personnifiée, vêtue d’un voile se lève et se répand sur la terre, dans une image qui nous fait voir les couleurs safranées d’un début de jour…

 

L’adjectif composé « κροκόπεπλος » « crocopéplos » qui signifie « au voile de safran » permet d’évoquer les teintes nuancées de l’aurore : du jaune doré, du rose, du rouge…

 

A lui tout seul, cet adjectif, par son ampleur, dépeint le lent cheminement du jour qui se lève : un léger voile rose-rouge sur l’horizon…

 

Le mot comporte aussi des allitérations de gutturales et de labiales et une assonance du son « o » à valeur poétique, créant des échos sonores.

 

L’Aurore était, dans la mythologie grecque, une déesse soeur du soleil et de Luna, la Lune. Eos était représentée comme une belle jeune femme, conduisant, souvent, un char.

 

Elle est, dans le vers d’Homère, magnifiée par son voile coloré, par ses éclats qui recouvrent toute la terre.

On perçoit sa majesté, sa puissance, sa beauté…

 

En un seul vers, Homère crée un univers poétique : l’image du voile, ses couleurs nuancées, la personnification, les effets de sonorités qui créent une harmonie, le son « o » réitéré qui peut traduire une admiration, un étonnement…

En un seul vers, Homère peint un tableau somptueux dont on perçoit l’élégance et la solennité.

Deux mille ans nous séparent d’Homère, et pourtant, on est sensible à la simplicité solennelle de ce vers venu du passé.

Homère nous fait admirer la beauté de ce moment qui ouvre le jour… avec un seul adjectif composé.

Il nous montre, aussi, un spectacle grandiose aux couleurs somptueuses… il nous ouvre les yeux sur une nature magnifique.

Il nous dit : « Regardez ce spectacle offert au lever du jour par l’aurore… soyez attentifs au monde et à ses splendeurs… »

JPEG

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2017/08/l-aurore-en-robe-de-safran-se-repandait-sur-toute-la-terre.html

 



Source link

Leave A Reply

Your email address will not be published.