MALI : PLUS DE 100 MORTS DANS UNE ATTAQUE ARMÉE

0

Le drame s’est produit dans la nuit de samedi à dimanche, au moins une centaine d’habitants d’un village peul du Mali ont été tués. Les meurtriers sont des membres présumés de groupes de chasseurs dogons, près de la frontière avec le Burkina Faso.

Selon un rescapé, Amadou Togo, les assaillants étaient « une cinquantaine d’hommes lourdement armés, venus à bord de motos et de pick-up ». « Ils ont d’abord encerclé le hameau avant de lancer l’assaut, tous ceux qui ont voulu fuir ont été abattus », a-t-il raconté à l’AFP. « Certains ont été égorgés et éventrés, des greniers et du bétail ont été brûlés. Personne n’a été épargné : femmes, enfants et vieilles personnes », a souligné Amadou Togo.

Le groupe jihadiste du prédicateur Amadou Koufa a fait son apparition il y a maintenant quatre ans, recrutant prioritairement parmi les Peuls, traditionnellement éleveurs. Les affrontements se multiplient entre cette communauté et les ethnies bambara et dogon, pratiquant essentiellement l’agriculture, qui ont créé leurs propres « groupes d’autodéfense ». En 2018, environ 500 personnes ont perdu la vie dans cette « guerre » selon l’ONU.

Le peuple malien est très en colère contre son président Ibrahim Boubacar Keïta, qui avait promis d’agir après l’attaque d’Ogossagou le 23 mars dernier par des milices qui a fait plus de 160 morts. Le président malien ne s’est pas encore exprimé, mais cette fois des mesures radicales devront être prises, sous peine de nouvelles attaques. Une réunion sur les pays contributeurs de troupes à la Minusma est prévue aujourd’hui aux Nations unies, dont le Conseil de sécurité doit se prononcer le 27 juin sur le mandat de cette mission.

Sur les 300 habitants du village, seulement 56 ont survécu, mais le traumatisme d’avoir perdu autant de membres de son village va rester dans leurs têtes encore longtemps.

Commentaires

commentaires



Source www.negronews.fr

Leave A Reply

Your email address will not be published.